Google

Actualités Google

  1. À propos de Google
  2. Actualités Google
  3. Communiqués de Presse
  4. Communiqué de presse

L’Office européen des brevets et Google signent un protocole d’accord sur la traduction des brevets

Les solutions de traduction automatique pourraient soutenir la compétitivité en Europe

Munich/Paris, le 30 novembre 2010 – L’Office européen des brevets (OEB) et Google ont signé aujourd’hui un protocole d’accord pour améliorer l’accès aux traductions de brevets dans de multiples langues.

Aux termes de la collaboration envisagée, l’OEB utilisera la technologie de traduction automatique de Google pour traduire les brevets dans les langues des 38 Etats membres de l’Organisation européenne des brevets, afin de permettre aux entreprises et aux individus à travers l’Europe de rechercher et découvrir plus facilement les brevets enregistrés, dans les pays européens. En retour, l’OEB donnera à Google un accès à ses brevets traduits, ce qui permettra à Google d’optimiser sa technologie de traduction automatique. La technologie de Google sera utilisée pour traduire les brevets délivrés en Europe, ainsi que ceux provenant d’Asie, des Etats Unis, du Canada, de l’Australie, la Russie et l’Inde bénéficiant d’une protection en Europe.

La collaboration vise à fournir des traductions de brevets plus rapides et abordables pour répondre aux besoins des entreprises, des inventeurs et des scientifiques en Europe. A l’heure actuelle, les brevets européens sont délivrés dans une des langues officielles de l’OEB – l’allemand, l’anglais et le français. Le titulaire d’un brevet doit ensuite faire traduire son brevet – à ses frais – dans les langues des pays dans lesquels il souhaite obtenir une protection. Cette procédure complexe signifie que de nombreux brevets européens ne sont pas disponibles dans toutes les langues nationales ou qu’ils ne sont pas juridiquement contraignants dans tous les Etats membres de l’Organisation. De même, toute personne recherchant des informations dans des brevets publiés dans des langues étrangères éprouvera des difficultés pour obtenir les données pertinentes pour ses projets de recherche.

“L’Office européen des brevets est l’un des plus grands fournisseurs d’informations gratuites concernant les technologies de pointe divulguées dans les brevets à l’échelle mondiale. Le partenariat avec Google, qui vise à développer les outils de traduction automatique pour les brevets, aidera les inventeurs, les ingénieurs et les équipes de R&D à accéder efficacement – dans leur propre langue – aux documents pertinents de notre vaste collection de documents brevets publiés. En concluant cet accord avec Google, l’OEB contribue de manière déterminante à renforcer le caractère international du système de brevets et à améliorer sa qualité, ce qui favorisera l’économie mondiale,” déclare le Président de l’OEB, M. Benoît Battistelli.

La collaboration a également pour effet de faciliter le processus de décision des Etats membres de l’UE qui tentent de simplifier l’introduction d’un brevet paneuropéen unique. Si l’OEB fournit un point d’entrée commun pour obtenir des brevets dans toute l’Europe, les titulaires de brevets doivent aujourd’hui encore valider leurs brevets et, le cas échéant, les faire traduire dans chaque Etat membre de l’UE. Il s’ensuit que la protection par brevet à l’échelle européenne est nettement plus coûteuse que dans des marchés tels que les Etats-Unis. En conférant aux entreprises et aux inventeurs une protection unitaire, le brevet de l’UE pourrait réduire les coûts et améliorer la sécurité juridique.

Pour Google, cette collaboration représente une occasion idéale d’améliorer son service de traduction. L’OEB donnera accès à un fonds de près d’un million et demi de documents, auquel s’ajoutent tous les ans plus de 50 000 nouveaux brevets délivrés. Le partenariat couvre également les langues asiatiques. Faciliter l’accès au volume exponentiel d’informations technologiques japonaises, chinoises et coréennes est l’un des plus grands défis du système mondial des brevets.

“Cette collaboration est prometteuse pour Google comme pour l’Europe. Google Translate a été créé pour rompre les barrières de la langue qui divisent le monde. Nous sommes fiers de cet accord qui facilitera un accès accru à l’information pour tous les Européens, dans leurs langues,” estime Carlo d’Asaro Biondo, Vice-Président de Google en charge des zones Europe du Sud et de l’Est, Moyen-Orient et Afrique. “Elle montre comment des entreprises privées et des institutions publiques peuvent collaborer pour le bénéfice de tous.”

Contacts Presse :

Google France
Anne-Gabrielle Dauba-Pantanacce
Tel : +33 (0)1 42 68 53 66
presse-fr@google.com

EPO
Rainer Osterwalder
Tel : +49 (0)89 2399 1820
rosterwalder@epo.org

Note destinée aux rédacteurs

Google Traduction travaille en “enseignant” différentes langues au logiciel de Google. Le logiciel apprend en examinant les segments de texte traduits et en déterminant statistiquement la signification d’un mot ou d’une expression. Comme les brevets sont rédigés dans un style et un format très spécifiques, l’accès au corpus de traductions de l’OEB aidera Google Traduction à améliorer la qualité des traductions des documents brevets.

Google n’est pas novice dans le domaine des brevets. Depuis 2006, Google Patent Search indexe tous les brevets et toutes les demandes des Etats-Unis, ce qui permet de trouver aisément des brevets, de les lire en ligne ou de les télécharger sous forme de fichiers PDF.

L’OEB divulgue largement sa documentation brevets sur l’Internet depuis 1998 et mène une politique ouverte de diffusion des données techniques figurant dans son fonds de recherche. En collaboration avec les Etats membres de l’Organisation européenne des brevets, il publie aussi les collections nationales de brevets. Il est actif en matière de traduction automatique depuis 2004, afin de répondre au défi croissant de l’accès aux données de brevets dans ses langues officielles. La traduction automatique est également devenue un outil essentiel pour accéder aux données des brevets européens et pour les diffuser, aussi bien auprès du grand public qu’auprès des utilisateurs spécialisés de l’information brevets.